À l’EBS, on nous demande souvent si c’est possible de parler à un ancien élève. Ces demandes nous viennent généralement de personnes intéressées par la formation, et qui veulent avoir un « commentaire de l’utilisateur » en personne. En tant qu’entreprise, nous n’avons pas la possibilité de mettre des inconnus en relation les uns avec les autres, mais nous vous invitons à regarder les pages Facebook des différents sites de l’EBS. C’est de loin le meilleur endroit pour trouver des anciens étudiants de l’EBS originaires de votre pays. Ce que nous pouvons faire, en revanche, c’est partager ici, sur le blog de l’EBS, les success stories de nos anciens étudiants. Laura, par exemple, a terminé sa formation à l’EBS et a travaillé dans différents bars à l’étranger. Laura a également rejoint une équipe de barmans d’élite danois ; ils peuvent être recrutés pour des événements promotionnels ou des rassemblements exclusifs à travers tout le Danemark. Mais laissons-la expliquer elle-même comment trouver un travail à l’étranger après l’EBS :

Où avez-vous entendu parler de l’EBS pour la première fois ?

« Si je me souviens bien, c’était pendant ma première année au lycée, quand j’étais partie en vacances de ski avec mon école à Tignes. Un gars de mon école avait une sœur qui travaillait au Saloon bar, à cette époque. Elle avait fait une formation à l’EBS, qui s’appelait alors The Bartending Academy. J’avais toujours eu cette envie d’aller travailler une saison en France à un moment ou à un autre, mais je ne savais pas trop comment m’y prendre ou quels jobs je pourrais trouver. Alors quand j’ai entendu parler de l’EBS, trouver un job de barman dans les Alpes françaises m’a soudain paru être la chose la plus évidente à faire. »

Où avez-vous fait votre formation et pourquoi là-bas ?

« J’ai suivi ma formation à l’EBS de Kos. C’était pendant les vacances d’été entre mes deux dernières années de lycée ; pouvoir étudier et partir au soleil en même temps, c’était la combinaison parfaite. »

kos harbour landscape greece

Où avez-vous fait votre formation et pourquoi là-bas ?

« J’ai suivi ma formation à l’EBS de Kos. C’était pendant les vacances d’été entre mes deux dernières années de lycée ; pouvoir étudier et partir au soleil en même temps, c’était la combinaison parfaite. »

Si vous repensez à votre formation, qu’est-ce qui vous a vraiment surpris/à quoi ne vous attendiez-vous pas du tout ?

« J’ai été surprise par le niveau. C’est vraiment plus dur que ce que l’on peut imaginer. Je savais que c’était une école sérieuse, mais comme je ne m’étais jamais intéressée au secteur du bartending auparavant, je dois admettre que je ne savais pas tout à fait dans quoi je m’étais engagée. Mais ce fut une surprise dans le bon sens, et c’était vraiment cool de voir à quel point les instructeurs sont passionnés et compétents. »

Après l’école, où avez-vous eu votre premier poste de bartender ?

« Le premier vrai boulot de bartender que j’ai eu après avoir fini ma formation, c’était en juin 2012, quand j’ai travaillé pour un groupe de bar itinérant qui s’appelait « The bar group Aps », qui est un groupe de barmans qui voyagent à travers tout le Danemark pour travailler sur toutes sortes d’événements. On est plus ou moins venu me trouver pour ce poste, parce qu’un de mes amis, que j’avais rencontré à Kos, travaillait déjà pour eux et m’avait recommandée. »

bar counter tools workplace

Comment diriez-vous que votre formation à l’EBS vous a aidée à trouver un emploi en tant que bartender ?

« C’est grâce à l’EBS que j’ai commencé en premier lieu ma carrière de bartender, et c’est ce qui m’a poussée à me lancer dans le secteur du bartending. Il y a incontestablement des employeurs pour lesquels le diplôme de l’EBS signifie quelque chose. Par exemple, je pense que ça a eu son importance lorsque j’ai été engagée pour travailler au Saloon bar à Tignes. Le propriétaire est britannique, et il ne voulait embaucher que des Danois, soit sur recommandations personnelles, ou s’il était convaincu qu’il embauchait quelqu’un avec de réelles compétences. En plus, les personnes que j’ai rencontrées à l’EBS ont également joué un grand rôle. J’ai pu entrer en contact avec le propriétaire danois du Saloon bar à Val Thorens, Kristoffer, par l’intermédiaire d’un des instructeurs danois de l’EBS. Comme dans tous les jobs, ce sont les relations et les compétences qui vous font avancer. Et grâce à la formation, j’avais les deux. »

Êtes-vous en contact avec les étudiants de l’EBS avec lesquels vous avez suivi votre formation ?

« Certains d’entre eux, oui. Depuis l’été 2011, période à laquelle j’ai suivi la formation, beaucoup des étudiants avec lesquels j’étais ont déménagé à Aarhus, où j’habite, soit pour les études, soit pour le travail. Ça rend les choses plus faciles pour rester en contact, et il y a plus de chances pour qu’on se rencontre par hasard dans la rue. »

Diriez-vous que l’EBS a changé votre vie, et dans quel sens ?

« Avant l’EBS, je ne m’étais jamais imaginé travailler dans le secteur du bar. Aujourd’hui, ça représente une part si importante de ma vie que c’est difficile pour moi d’imaginer à quoi ressemblerait ma vie si je n’étais pas allée à Kos avec l’EBS. À travers l’EBS, et les expériences que j’ai eues par la suite, grâce à l’EBS, j’ai rencontré tellement de personnes géniales. »

Auriez-vous quelque chose à dire à nos étudiants ?

« Hahaha, venez au Saloon bar ! On s’éclate bien là-bas, et c’est vraiment le bon endroit pour se détendre à la sortie des pistes. Sinon, je VOUS retrouve sur les pentes ! »